Je me débrouille pour l’école

Les jeunes scolaires en vacances, Photo prise à Niamey, Niger par Ali Douka Mahaman

Hassan 14ans CM2 ; Bachirou 13ans ; Boureima 12ans CE2 ; Abdramane 10ans CP ; Saley 10ans CE1 ; Adamou 12ans CE2 ; Boubé 9ans CE1.

Ces enfants si contre ne sont pas des talibés, mais plutôt des élèves de l’école primaire en vacances.

Ils vivent dans les quartiers périphériques de Niamey en occurrence (Karadjé ; Kirkissoye). Ils se battent inlassablement dans la recherche de quoi préparer leur prochaine rentrée scolaire. En réalité, la grande majorité de ces enfants, viennent des familles très pauvres, et sont contraints de se mobiliser corps et âme pour s’autofinancer en kits scolaires comme sacs, trousseaux, cahiers et même l’habillement pour échapper aux petites discriminations socio-scolaires de leur confrères issus des familles aisées. Cependant, ils ne pratiquent pas un métier proprement rentable, mais s’attèlent à la cueillette des doumiers qu’ils vendent à vil prix. C’est en effet, un travail de longue à l’aine, pénible et accidentel, puisqu’il faut grimper sans ceinture de sécurité (environ 12 m d’épaisseur) pour cueillir les doumiers.

Courage et dévouement voilà les mots qui ravivent les esprits de ces vaillants soldats jadis qui affrontent quotidiennement les obstacles de la vie du monde d’ici bas. S’auto-prendre en charge à l’âge très bas, voilà la compétition infantile, des enfants issus des familles dérisoires. A priori, se contenter de la grâce de la nature pour se rémunérer et garder sa dignité, contre les humiliations sociales dans la mendicité, cet ainsi une forme d’adaptation de ces enfants pour s’affirmer humblement dans le respect de la dignité humaine. J’ai quand même posé quelques questions très importantes à ces enfants sur cette activité qu’ils mènent :

– Pourquoi vous faites cette pénible activité bien que vous soyez si mignons ?

Ils répondirent « Oui chacun d’entre nous ici se bat pour l’achat des kits scolaires, sacs à dos, habillement, chaussures. Et nous sommes en vacances, on doit profiter quand même».

La procédure de collecte de doumier. Photo prise à Niamey, Niger, par Ali Douka Mahaman

Un enfant qui attend la chutte des doumiers. Photo prise par Ali Douka Mahmani à Niamey, Niger.

Publicités